10 aout 1792

Carle, Tyler et Hus reprennent du service

Un éléphant, ça Trump énormément.

Comprendre le revirement de Trump sur l’interventionnisme US, c’est comprendre la prééminence de la géopolitique sur la politique.

Dans leur histoire, les US se sont progressivement constitués en superpuissance maritime. Après leur extension, dictée par la « destinée manifeste » ce pays a pris le leadership sur l’ensemble du continent américain. Appuie aux dictatures (Chili, etc.), colonisation économique (United Fruit Company, etc.), autres interventions dans la politique (Cuba de Batista, contrats de vente d’armes avec les Contras, la Colombie, etc.).
Bref, on comprend pk la petite île de Cuba et son régime a été si attaqué, car c’était la seule tâche d’ombre sur l’hégémonie US dans la région.

On revient sur Trump. Par-delà le fait que ce type n’est que le produit de la postmodernité, une véritable œuvre contemporaine vivante qui représente tout et son contraire est donc qui, in fine, n’a absolument aucun sens. Le Trump reste le président d’un pays dont l’histoire et la géographie dictent la conduite. En clair, personne n’échappe à la géopolitique.

Pour les US le maintient de leur statut de puissance incontestée passe par le contrôle des voies commerciales maritimes, par où transitent la grande majorité des ressources dont la plus nécessaire à toutes économies modernes, le pétrole. Sans parler de l’évidente utilisation énergétique et des diverses applications du pétrole (plastique, pharmaceutique, etc.), sans pétrole, pas de chars, d’avions, de véhicules blindés, etc. etc. Et qu’on ne s’y trompe pas, la guerre et la puissance militaire n’ont pas disparu du jeu politique, elles sont justes deux données moins visibles pour la plupart des occidentaux, mais demandez aux yougoslaves, aux syriens, aux ukrainiens, si la guerre est un concept si lointain que cela…
Le budget militaire US est de 596 milliards de dollars, plus du double de celui du second budget mondial, la Chine avec 215 milliards. Le nombre d’avions, de porte-avions et de navires des US, écrase littéralement n’importe quels autres pays du monde, même en combinant leurs forces Chine et Russie prendraient un déculotté en pleine mer face à l’US navy.

Or la diplomatie US ne semble pas s’accommoder de l’idée d’un monde multipolaire. Pendant la guerre froide, c’est les US qui ont été très souvent, à l’apex de l’agressivité : Hiroshima et Nagasaki (dont l’objectif stratégique apparaît comme nul vis-à-vis du Japon, mais très efficace vis-à-vis de l’URSS) la Corée, le Viêt Nam, l’incident U2, l’écrasante supériorité en matière de force nucléaire des US jusqu’aux années 80, Able Archer, etc. Les grandes oreilles d’échelon on servit aux US à espionner les européens et ont fait perdre des contrats à Airbus ou encore Dassault…
Aujourd’hui une des hantises de Washington serait l’établissement d’un ensemble politique qui aurait le contrôle de l’Eurasie et qui de facto ne dépendrait plus d’une économie tournée vers la mer et les voies commerciales traditionnelles (tankers, supertankers). Voir « Le grand échiquier » de Brzezinski.

De leur côté, les Russes ont été clairement trahis par les promesses de Washington sur l’extension de l’OTAN et là encore, une observation purement géopolitique de leur situation nous amène à un constat. La Russie est un pays immense, mais seule une petite portion de son territoire est utilisable. Le cœur de la Russie, c’est la région de Moscou. Or cette région est directement exposée aux grandes plaines de l’Europe centrale. De facto, la Russie est à la merci de la puissance qui contrôle l’Europe centrale, ses grandes plaines, parfaites pour des opérations militaires, qui donnent sur les mers chaudes dont Moscou a désespérément besoin en vertu de ce que j’expliquais précédemment sur la prééminence actuelle de la marine dans l’économie mondiale.

On a donc une Russie, qui se doit de maintenir son contrôle sur un certain nombre de glacis défensif lui servant de goulot d’étranglement pour contrer l’avancée US et des US qui ont fait la démonstration qu’il ne voulait pas d’un monde multipolaire qui menacerait leur totale hégémonie sur le contrôle du commerce mondial et du pétrole. En parallèle, la stratégie de surproduction de pétrole opéré par Riyad, en plein accord avec Washington, baissant mécaniquement les prix du marché affaiblit également la Russie dépendante de cette manne financière. Pétrole qui s’avère aussi être la glu qui fait tenir la fragile Russie, car sans pétrole, Moscou ne peut pas arroser les éléments clefs du pouvoir pour les maintenir sous son contrôle… Eh oui la Russie n’est pas une grande puissance, c’est un vieillard fragile qui maintient sa posture d’apparat pour ne pas se faire évincer. Et cela est vrai à l’intérieur avec la situation de Poutine qui se doit d’apparaître comme un homme fort pour maintenir ses soutiens dans la population et à l’extérieur avec la nécessité de maintenir sous son contrôle des régions clefs (montagnes du Caucase, montagnes des Carpates, Crimée, etc.)

Trump avait très peu de chances d’amorcer une détente…

Si on se base sur les paroles, les bons sentiments, l’humanitaire alors tout devient incompréhensible. Pk l’Arabie Saoudite et le Tibet (hypothétique ce pays étant d’une validité historique digne de l’Ukraine ou de la Belgique…) ne sont pas condamnés pour leur nature théocratique alors que l’Iran l’a été ? Pk Israël n’est pas condamnée pour son gouvernement néo-sioniste raciste et d’extrême droite, alors qu’on saute sur Poutine pour moins que ça ? Pk Pinochet a pu sévir tranquillement alors que le régime de Castro a été mis au pilori ?

Quand on s’efforce d’examiner les décisions politiques via le prisme de la géopolitique, en faisant intervenir, l’histoire, la géographie, les ressources, on comprend et prévoit plus sûrement les choses. Et on est moins béa devant l’actualité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 avril 2017 par dans Démocratie, Politique.
%d blogueurs aiment cette page :