10 aout 1792

Carle, Tyler et Hus reprennent du service

L’homme n’a pas marché sur la lune, ou le principe de la conspiration inversé

Depuis quelques années, fleurissent diverses théories dites « du complot » visant à remettre en cause la version officielle d’événements au retentissement majeur. Les « anciens astronautes », les attentats du 11 septembre, l’alunissage, etc.
Remettre en cause est le propre du sage, celui qui réfléchit et n’estime pas que la simple perception, l’immédiateté, ou une quelconque parole d’autorité a valeur de vérité absolue. Mais l’information est un segment à deux extrémités, où la vérité se trouve au centre, questionner un éventuel mensonge officiel, ou une vision partielle du réel, ne signifie pas pour autant qu’on ne bascule pas dans une autre forme de mensonge, dans une autre manipulation des faits.

Penchons-nous sur le cas symptomatique de l’alunissage et examinons quelques-uns de ces arguments :

1) Le drapeau ne devrait pas voler sans atmosphère
Normal, le drapeau est équipé d’une armature qui le fixe, il ne flotte pas, il est juste froissé et légèrement endommagé.
2) On devrait pouvoir voir les étoiles
Les clichés sont pris durant le jour lunaire et la luminosité solaire « cache » les étoiles. La même chose se constate sur les clichés en orbites de la terre pris par satellite, c’est comme essayer de voir des étoiles dans une ville immense et largement éclairé…
3)  Il n’y a pas de traces importantes des réacteurs sous le module, cratère, etc.
Là encore, rien de choquant, la gravité lunaire est moindre par rapport à la terre, des petites poussées suffisent à freiner la chute d’un module modeste.

Il y a encore pléthore d’exemples dans la théorie de remise en cause de l’alunissage, mais elles sont également toutes démontables par des arguments rationnels, mais cet article n’a pas pour but de s’étendre sur cette théorie. Aussi, je conclurais ce point par deux arguments personnels :

1) La non remise en cause soviétique.
On revient peu à peu à un contexte de guerre froide avec la Russie, mais ceux qui ne l’ont pas vécu et qui ne se sont pas renseignés sur cette période, n’imaginent pas les tensions et la rivalité qu’il existait à l’époque entre les U.S et l’U.R.S.S. Les soviétiques avait un réseau d’espions qui pénétrait largement toutes les couches de la société américaine. Et la « course à l’espace » faisait rage comme un moyen pacifiste de se faire la guerre et de montrer quel modèle de société était supérieur. Si les américains avaient bidonné tout cela, les soviétiques auraient eu vent de l’information et l’aurait d’une manière ou d’une autre utiliser pour déstabiliser la crédibilité des U.S. D’autant que peu d’années après, en, les soviétiques parvinrent à effectuer une prouesse technologique hautement plus impressionnante, avec le premier rover commandé depuis la terre, le Lunokhod 1. Événement qui ne jouira d’aucune popularité mondiale. Même la déclassification des archives de l’U.R.S.S n’a pas mis à jour une éventuelle supercherie U.S
2) La difficulté de dissimulation pour ce type d’opération.
Lorsqu’on parle d’Apollo, on parle de dizaines voir de centaines de milliers de personnes, travaillant autour du projet. Les ingénieurs, les ouvriers, les personnels de contrôle, les astronautes, etc. Une opération de dissimulation et d’intoxication est finie par être mise à jour, quand autant de personnes trempe dans la combine. Or encore aujourd’hui, personnes travaillant autour du programme ne semble avoir nié ou apporter quelque chose de tangible remettant en cause les alunissages.

Ouf, voilà pour la partie « Moon landing », mais à présent, j’en viens au cœur de cet article, son objectif, trouver des éléments de réponses, sur la profusion des théories « complotistes ».

Tout ce que je vais énoncer est là aussi, théorique, mais ma foi, l’intuition bien alimentée, produit des choses intéressantes et les professionnels du monde bien matérialiste des sciences exactes, les physiciens, notamment, usent souvent de l’intuition avant de s’atteler à la démonstration.

Je pense, que l’incrédulité à l’égard des missions Apollo révèle une volonté plus ou moins consciente, de propager l’idée d’une humanité impuissante. Cette, même volonté quand on crache à la face de nos aïeux partout sur terre qui par leur ingéniosité ont réussi à ériger des mégalithes, des pyramides, des civilisations prospèrent pendant des siècles. L’humanité actuelle, m’apparaît effectivement comme dégénérée, après avoir tant délégué son pouvoir décisionnel aux machines, aux concepts automatisés, elle finit par ne plus savoir de quoi elle est capable. L’espèce humaine, malgré son faible outillage biologique, absence d’ailes, de griffes acérées et rétractiles, relativement petite, ne voyant pas très loin, protégé par aucune carapace, etc. Cette espèce malingre a, avec son pouce préhenseur et son incroyable plasticité cérébrale, avec sa capacité à travailler en groupe et à partager sans cesse ses connaissances avec ses pairs, cette espèce est parvenue à accomplir des choses qui nous paraissent aujourd’hui grandioses, presque inhumaines. Ce mépris absolu de nos ancêtres, ce couple parfois avec le mépris racial, comment ces « sauvages » en Amérique du sud, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, comment ces primitifs partout sur terre aurait pu ériger des choses sans que nous sachions comment ? Et bien parce qu’ils étaient beaucoup moins stupides que vous chers contemporains, parce qu’ils vivaient eux, ils accomplissaient tout ce qu’ils croyaient possible, sans d’abord consulter les astres économiques, « Est-ce que c’est dans notre budget ? Combien cela va-t-il rapporter ? » Ou les astres informatiques automatisés « Mais qu’en dis la simulation? ». Parce que cette humanité, vivant encore dans des contraintes bien réelles, ne perdaient pas son temps à en créer des arbitraires.

Est-ce voulu et programmé comme une gigantesque opération Fortitude, visant à créer une impression de faiblesse généralisée dans l’esprit des humains ? Ou est-ce qu’on a à faire à l’émergence de la maladie terminale d’homo sapiens, ne comprenant plus à quel point il peut influer sur sa direction historique ?

Les théories sur le 11 septembre 2001, font généralement de l’évènement, la résultante d’un complot gigantesque fomenté par le gouvernement américain lui-même. Bien qu’il soit absurde pour toute personne faisant de l’histoire de réfuter totalement cette possibilité… Rappelons-nous de l’incident du golfe de Tonkin, des couveuses du Koweit, du pathétique exposé power point de Colin Powell et si on remontait plus loin, les sombres affaires du Lusitania et Pearl Harbor. Oui, les Américains sont fourbes et manipulateurs, comme toutes les puissances hégémoniques à leur apogée, ils ne reculent devant aucun procédé pour faire valoir ce qu’il pense être leurs intérêts. Néanmoins, le 11 septembre n’est peut-être que la résultante d’une horrible et grasse incompétence du leadership américain.

Je ne suis assez au fait des sphères de pouvoirs et du renseignement pour me prononcer avec un niveau de certitude absolue, cependant, il faut voir à quel point il est intéressant pour le pouvoir de faire croire qu’il est effectivement aux manettes de tout.

Comme cela avait été exposé dans le 9e épisode de la saison 10 de South Park, je tairais le titre ici, sans cela, je perds toute crédibilité, le complot est peut-être précisément de faire croire à un complot. En effet, imaginer successivement les deux versions :

A) Les attentats sont la résultante d’une longue série de défaillance du système de sécurité intérieur et extérieur des États-Unis, mettant en lumière à quel point selon l’expression consacré « le roi est nu », le pouvoir n’assure pas ses obligations et n’a donc aucune justification d’exister.

B) Les attentats sont le produit d’une longue et machiavélique réflexion du cabinet Bush et des officines de pouvoir aux U.S.A, le pouvoir en place est tout-puissant, contrôle tout et ne recule devant rien, même tuer ses propres concitoyens civiles, pour atteindre ses objectifs.

Avouer qu’entre avoir l’air con et peut-être enclenché une série de dominos mettant à bas les fondements de la légitimité du pouvoir et avoir l’air d’un sale type qui est prêt à tout pour « get the job done », le choix est assez facile.

Alors pour conclure, cette série de réflexion sur les complots, je dirais que, selon moi, ces phénomènes émergents de manière décentralisée, mais finissent par prendre de l’ampleur, par intérêt.
L’intérêt de maintenir les gens dans un sentiment de dévaluation des capacités de l’espèce humaine, des peuples anciens, pour justifier notre immobilisme et notre modernité.
L’intérêt de faire croire qu’il y a un olympe peuplé de créatures machiavélique et toutes-puissantes, alors qu’en fait, il n’y a qu’une bande de psychopathes et d’arrivistes, bien mortels, qui ont eu la chance de tout jouer sur un coup de dés à plusieurs reprises et gagner.

Mais surtout, qu’il s’agisse d’un complot ou d’une malheureuse tendance naturelle de l’espèce humaine à programmer son auto-destruction, il apparaît que le temps spectaculaire, que nous passons, nous êtres de peu, peu d’argent, peu de réseaux, peu de pouvoir, à démêler les câbles des « complots », est autant de temps que nous ne passons pas à vivre, créer et s’il le faut mettre à bas le monde qui est majoritairement entre les mains de ceux qui eux ne se posent pas ce genre de questions.

Publicités

2 commentaires sur “L’homme n’a pas marché sur la lune, ou le principe de la conspiration inversé

  1. rom
    7 février 2016

    Oui, pour faire suite à cette conclusion, il y a bien des arrivistes mortels en haut et le cynisme est hélas très humain. Et qui dit mortels dit tuables de fait mais ils continuent de prospérer tranquillement. Bref, pour ça on… attend.
    En revanche il y a bien une chose que je ne comprends pas. Concernant le 11 sept (je ne vois pas la possibilité d’une version C) aussi), je n’arrive pas à concevoir la non mobilisation du peuple américain qui est quand même bien gavé à la sauce liberté – démocratie, et ce dans la version A) que tu sembles privilégier (?)
    Si non A alors B = complot, et là j’arrive à m’expliquer le fait que les américains ne bougent pas une oreille, illusionné par la propagande de masse, médias, toussa, les méchants arabes, on y va.
    Mais si A est effectivement vraie, cela veut dire que le système de renseignement + gouvernement ont échoué à prévoir – anticiper ces attentats du 11 sept. Comment un tel gouvernement a pu encore subsister alors même qu’il montre ses limites sur un évènement crucial qui coûte la vie à plus de 2000 personnes?
    Comment pourrait-il cacher à ce point son incompétence à l’opinion publique? La populace américaine est-elle à ce point léthargique?
    (OU ALORS, finalement on peut envisager une version C en mixant A et B :
    Incompétence donc il reprenne l’évènement après coup et ils disent : méchants arabes c’est de leur faute on va leur péter la gueule, ahaha ils nous ont donnés un bon prétexte ils sont cons. Du coup C = pas de complot ok, incompétence ok, cynisme ok² ; et là, jackpot car on n’est pas responsable et on va montrer qu’on est les plus forts en ripostant)

  2. rom
    7 février 2016

    Oui, pour faire suite à cette conclusion, il y a bien des arrivistes mortels en haut et le cynisme est hélas très humain. Et qui dit mortels dit tuables de fait mais ils continuent de prospérer tranquillement. Bref, pour ça on… attend.
    En revanche il y a bien une chose que je ne comprends pas. Concernant le 11 sept (je ne vois pas la possibilité d’une version C) aussi), je n’arrive pas à concevoir la non mobilisation du peuple américain qui est quand même bien gavé à la sauce liberté – démocratie, et ce dans la version A) que tu sembles privilégier (?)
    Si non A alors B = complot, et là j’arrive à m’expliquer le fait que les américains ne bougent pas une oreille, illusionné par la propagande de masse, médias, toussa, les méchants arabes, on y va.
    Mais si A est effectivement vraie, cela veut dire que le système de renseignement + gouvernement ont échoué à prévoir – anticiper ces attentats du 11 sept. Comment un tel gouvernement a pu encore subsister alors même qu’il montre ses limites sur un événement crucial qui coûte la vie à plus de 2000 personnes?
    Comment pourrait-il cacher à ce point son incompétence à l’opinion publique? La populace américaine est-elle à ce point léthargique?
    (OU ALORS, finalement on peut envisager une version C en mixant A et B :
    Incompétence donc il reprenne l’événement après coup et ils disent : méchants arabes c’est de leur faute on va leur péter la gueule, ah ah ah ils nous ont donnés un bon prétexte ils sont cons. Du coup C = pas de complot ok, incompétence ok, cynisme ok² ; et là, jackpot car on n’est pas responsable et on va montrer qu’on est les plus forts en ripostant)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 janvier 2016 par dans Société, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :